CARGO CULTE

CARGO CULTE I

Les indigènes ne pouvaient pas imaginer le système économique qui se cachait derrière la routine bureaucratique et les étalages des magasins, rien ne laissait croire que les Blancs fabriquaient eux-mêmes leurs marchandises. On ne les voyait pas travailler le métal ni faire les vêtements et les indigènes ne pouvaient pas deviner les procédés industriels permettant de fabriquer ces produits. Tout ce qu’ils voyaient, c’était l’arrivée des navires et des avions.»
Peter Lawrence, «Les Cultes du Cargo», Paris, Fayard, 1974.
Le culte du Cargo désigne à l’origine des rituels très variés propres aux peuplades de Mélanésie et du reste de l’Océanie (à l’exception de la Nouvelle-Calédonie). Initié au XIXè siècle sous l’impact de la missionarisation, il est une expression générique qui désigne les rituels adoptés par les indigènes en réaction à la colonisation, dont le point commun est l’imitation de certains gestes effectués par les occidentaux, telles les parades militaires de l’armée américaine durant la seconde guerre mondiale. Face aux crises et aux ruptures sociales engendrées par le colonialisme, les cultes du Cargo furent des mouvements à la fois d’assimilation, de mutation identitaire et de résistance face aux pratiques et aux valeurs occidentales.
Plus largement, le «culte du cargo» est aujourd’hui une expression employée dans différents domaines (l’informatique, la science) pour désigner le phénomène d’appropriation par mimétisme et hors contexte, engendrant incompréhension et réinventions.
Cargo Culte, à la fois exposition et revue d’artistes, entend intégrer cette notion pour mieux la retourner sur elle-même. Il s’agit de s’interroger sur les mécanismes par lesquels l’imaginaire occidental appréhende un ailleurs exotique, et produit des discours et des images comme projections fantasmées d'un autre mythique. Plus largement, Cargo Culte entend mener une réflexion sur la transmission et l’appropriation des faits culturels, sur la circulation des images, et en cela place la question du document, de sa définition et de sa fonction, au cœur du projet.

Les artistes ont été d’abord invités à concevoir chacun un multiple, en relation avec leur réflexion et dans la technique de leur choix. Tous les multiples sont réunis dans un coffret, qui constitue un projet éditorial à part entière, comme le premier numéro d’une revue d’artiste, édité à 25 exemplaires. Fruit des recherches préalables des artistes, le coffret Cargo Culte préside à différentes possibilités de présentation ou d’activation lors de l’exposition, et fonctionne ainsi à la fois comme sa source et sa mémoire. Certaines pièces exposées sont des multiples issus du coffret, d’autres en sont des extensions ou des échos, toutes étant montrées indépendamment de leur statut supposé d’original ou de reproduction.

Tiphanie Blanc-Chateigné et Axelle Blanc

MULTIPLES

Crédits photo : Aurélien Mole

EXPOSITION

Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte Cargo Culte
Vues de l'exposition à la Vitrine de l'ENSAPC - Octobre 2010 - Crédits photo : Aurélien Mole
Les artistes

Carlotta Bailly-Borg, Guillaume Constantin, Lauren Coullard, Amélie Deschamps, Haris Epaminonda, Giulia Grossmann, Ann Guillaume, Mathieu Larnaudie, Aurélien Mole, Guillaume Pilet, Antoine Trapp et Benjamin Valenza.

Coordination du projet éditorial
et de l'exposition

Les commissaires d’exposition Tiphanie Blanc-Chateigné et Axelle Blanc et les artistes Carlotta Bailly-Borg, Lauren Coullard, Amélie Deschamps, Giulia Grossmann, Antoine Trapp.

La sortie du numéro 1 a eu lieu en octobre 2010 à la Vitrine de l’ENSAPC (Paris 11ème), accompagnée de l’exposition éponyme qui s’étala jusqu’en novembre 2010.

Un autre dispositif de présentation a été réalisé à la librairie Florence Loewy lors de l’exposition A box is a box is a box (janvier 2012).

© Cargo Culte 2017 - Crédits -