CARGO CULTE

CARGO CULTE II

Ce numéro II s’appuie sur la constitution même du terme “culte du cargo”, en tant que paradigme d’une vision capitaliste univoque : en effet, ces cultes de réappropriation et d’adaptation furent interprétés par les anthropologues des années 1970 comme une recherche du bénéfice matériel, orientés vers l’arrivée des marchandises. Or cette manière de raisonner revient à imposer aux significations spécifiques mélanesiennes le mythe central de la culture capitaliste : celui du fétichisme de la marchandise comme mode universel de pensée et d’action. La thèse de Monder Kilani sur l’étude de ces cultes est implacable : « La richesse mesurée en terme d’accumulation et de possession n’est pas […] un concept indigène ; l’usage de celle-ci s’inscrit dans le cadre de modèles complexes de relations sociales entre les hommes, et de relations sacrées entre les hommes et les divinités. » Ce n’est en effet pas la possession et l’accumulation de richesses qui distingue un homme dans une société mélanesienne, mais – pour faire bref - la circulation de celles-ci.

Imposer notre lecture occidentale à cette société, c’est refuser la diversité des expériences de contact et des réponses qui leur sont données. Au contraire, expression d’une relation dialectique entre opposition et adaptation, les cultes du cargo s’avèrent être une des manifestations édifiantes d’acte de résistance et d’appropriation face aux crises et aux ruptures sociales suscitées par le colonialisme.

Aujourd’hui, en ces temps de crise économique et sociale mondiale, il apparait indispensable de substituer (sans retour possible) les règles de la concurrence, du profit et de la mercantalisation par celles de la collaboration, de l’association et de la création. Réaliser des multiples destinés à se réunir dans une boite est un travail coopératif, créateur de commun si ce n’est d’une communauté, requérant la participation active de chacun ; un lieu d’échanges, de contacts, décentrant le point de vue de l’objet unique et signé à un artefact multiple et anonyme pour construire un espace de parole vivante, collaboratif.
Si la boite instaure d’elle-même une réflexion large sur le post-colonialisme, c’est le statut de l’objet, sa valeur et le rapport que nous entretenons avec lui qui est ici discuté au travers des différentes propositions artistiques.
La culture étant la condition du débat, de la circulation du verbe et des opinions, se plaçant en cela en amont du politique, Cargo Culte II est potentiellement cet espace d’échange, cet espace politique.

Sophie Lapalu

Multiples

Carlotta Bailly-Borg
Le bec de pic et la dent de l'homme
MDF peint à l’acrylique, édition, 2012.

Les livrets de la Bibliothèque Bleue étaient vendus dans les campagnes par les colporteurs entre le XVIIème et le XIXème siècle.
Représentant un danger à la fois pour les autorités - en propageant des textes subversifs - que pour le privilège corporatiste des libraires, cette littérature fut très vite réglementée. Moyennant ces conditions, on estime officiellement le nombre des livres ainsi diffusés à 9 millions d’exemplaires.
Anonymes, rédigés par les éditeurs, certains historiens considèrent qu’ils constituaient la source principale de diffusion de la culture pour les masses populaires (paysans et bourgeoisie de province).

Carlotta Bailly-Borg

Carlotta Bailly-Borg

Audrey Cottin

Lauren Coullard
Asiknep ikasma hotnep
Toile de coton peinte à l’acrylique,
activée par un chaman, 2012.

L’ethnie des Aïnous vit dans le nord du Japon et à l’extrême est de la Russie. Vers -1300, leurs ancêtres ont migré vers Hokkaido et l’île de Sakhaline, soit 1000 ans avant les peuples de Wa (ancêtres des Japonais actuels). Les motifs ornementaux de leurs costumes et tatouages protègent les propriétaires de l’intrusion de mauvais esprits et varient d’un kotan (village) à l’autre.
Ils sont toujours restés les mêmes et n’ont jamais été affectés par les contacts avec les autres cultures.

Lauren Coullard

Lauren Coullard

Lauren Coullard

Pauline Delwaulle

Pauline Delwaulle

Amélie Deschamps
Tribute to donnacona
Granite de Guilvinec incrusté de mica noir et blanc,
quartz et feldspath, 5 milliers d’années.

Donnacona, chef iroquois, fut le premier contact de Jacques Cartier à son arrivée à Hochelaga (Montréal actuel). Ramené en France pour témoigner des richesses de son territoire, il débarque à Saint- Malo en 1536 et meurt quelques années plus tard dans des circonstances inconnues. Selon certaines sources, il est enterré rue des Andouilles (actuelle rue Seguier à Paris).

Amélie Deschamps

Fred Dutertre

Fred Dutertre

Cédric Fenet
Générateur mécanique de slogans
Aluminium, papier et bois de violette, 2012.

Outil idéal, il génère des slogans applicables
à toutes les situations !

Cédric Fenet

Stéphanie Lagarde

Natalie McIllroy
Archivo ahora
Photographie, 2012.

La Semana Santa de Sevilla (Espagne) est marquée par la procession des pasos, sculptures en plâtre, transportées à travers les rues par des pénitents vêtus de longues robes de pourpre, et de chapeaux coniques utilisés pour dissimuler le visage du porteur. Ces Nazarenos ou Papones portent également des bougies de procession, et marchent dans les rues de la ville pieds nus. Ils peuvent porter fers et chaînes aux pieds comme pénitence.

Natalie McIllroy

Natalie McIllroy

Inuk Silis

Eva Taulois
La vitesse supérieure
PVC thermoformé, 2012.

Le tissu de la collerette bretonne est en premier lieu amidonné, puis les tiges de paille sont disposées en alternance sur et sous le tissu, avant de déposer quelques minutes le fer chaud afin de rigidifier l’ensemble. Une ondulation calibrée par les tiges de paille est ainsi obtenue.

Multiple produit avec le soutient de l’EESAB site de Brest.

Eva Taulois

Carla Wright

Les artistes

Audrey Cottin (FR), Pauline Delwaulle (FR), Fréderic Dutertre (FR), Cédric Fenet (FR), Stéphanie Lagarde (FR), Natalie Mc Ilroy (IE), Inuk Silis Hoegh (GL), Eva Taulois (FR), Carla Wright (UK).

Coordination du projet éditorial
et de l'exposition

Les artistes Carlotta Bailly-Borg, Lauren Coullard, Amélie Deschamps et Sophie Lapalu, commissaire et critique.ee

© Cargo Culte 2017 - Crédits -